Comme promis dans nos derniers mails, nous vous présentons chaque mois dans notre bulletin d’information nos  dernières fiches pedagogiques pour illustrer et expliquer en détail les éléments clés de la gouvernance partagée et du Modèle Z…

Pour aujourd’hui, découvrez notre fiche pédagogique sur un thème central en gouvernance partagée: la prise de décision par consentement!

 

Prendre une décision ensemble, pas si simple…

Au cours de nos accompagnements et formations, voici les problèmes récurrents que nous avons identifié dans les organisations lorsque plusieurs personnes souhaitent prendre une décision ensemble:

des discussions à ralonge et stériles autour de points de vue de toute façon différents
des personnes qui monopolisent la parole et d’autres qui ne disent rien
❗la recherche de LA SOLUTION IDÉALE (qui n’existe pas 😉)
❗tellement de temps et d’énergie investis pour prendre une décision qu’il est alors impensable de revenir dessus par la suite!

 

Ce qui va changer avec la prise de décision par consentement?

La prise de décision par consentement suit un processus bien défini.

Voici les raisons qui font qu’elle est incontournable aujourd’hui dans les groupes fonctionnant en auto-gouvernance et plus largement en gouvernance partagée:

Efficience: Grâce à un processus bien défini, vous gagnez du temps et… vous prenez enfin des décisions!
Respect: Les egos sont sous contrôle et la parole est donnée à chacun grâce à un temps de “questionnement” et un temps de “réaction” bien définis,
Agilité: L’intelligence collective se chargera d’apporter une solution qui permettra de faire “un prochain petit pas” et de débloquer la situation rapidement grâce à la question clé “Vois-tu une objection à ce qu’on accepte cette proposition?”
Engagement: Vous suscitez l’engagement de toutes les personnes présentes en leur donnant la possibilité de s’exprimer et de proposer des pistes concrètes d’amélioration de la proposition.

Comment ça marche?

En bref : lorsqu’une nouvelle proposition est apportée par un individu à son équipe, la question n’est plus « Est-ce que tout le monde est pour ? », mais « Est-ce que quelqu’un est contre ? ».

Si une personne est contre, on dit qu’elle a une objection.

 

Un exemple

Vous devez décider si vous annulez ou pas un événement prévu de longue date mais remis en question par une situation sanitaire hors du commun: une pandémie mondiale..? 🤔

=> Après un tour de parole pour entendre chaque personne, prenez votre courage à deux mains et faites la proposition suivante au groupe “Je propose qu’on reporte l’événement à l’année prochaine”.

Accompagné d’une bonne facilitation, vous pouvez vous reposer sur le processus qui se chargera de clarifier, améliorer, éventuellement modifier votre proposition avant de la valider!

Mais attention, une objection n’est pas juste un mauvais pressentiment ou une peur d’échouer.

Une opposition doit être fondée. Par exemple : la proposition va à l’encontre des valeurs de l’organisation ou la proposition n’est pas réalisable économiquement.

Les critères de validité d’une objection varient : ils doivent être définis par l’équipe et affinés au fil du temps (ce sera le sujet de notre prochaine newsletter 😌).

Mais avant de vous lancer dans ce processus…

… « Faites le deuil des solutions parfaites ! », me disait un praticien de la gouvernance partagée.

Voici donc les 7 étapes pour faciliter une prise de décision par consentement:

Instant Z - Fiche Décision par Consentement

Instant Z – Décision par Consentement

 

Une invitation au lâcher-prise

Après avoir présenté votre proposition comme décrit ci-dessus, entraînez-vous à pratiquer le lâcher-prise:

👉 faites confiance dans la décision de votre équipe, la réalisation ou l’abandon de votre proposition ne vous appartient plus.

 

Les limites de la méthodologie

Le processus a ses limites pour des propositions trop complexes.

Par exemple: pour faire valider cette fiche pédagogique par toute l’équipe de l’Instant Z, il nous a fallu utiliser plusieurs fois cette méthode pour avancer pas à pas en validant des petits changements jusqu’à ce que la fiche soit assez “mûre” pour être valider dans son entièreté.

En utilisant le consentement, vous remarquerez rapidement que toutes les objections ne peuvent pas être acceptées !

Mais ce n’est ps l’endroit pour entrer dans le détail. Pour cela, découvrez plutôt la fiche “Validité des objections” téléchargeable dans l’article qui la présente.

 

Formations en lien

Share This