Se relier à soi, pour mieux coopérer

par | juin 2022 | Développement personnel, Résolution de conflits | 0 commentaires

Extrait d’un article rédigé sur proposition de passerelle eco en vue d’alimenter la revue n°79 (juin 2022) dont le thème porte sur la gouvernance partagée. Vous pourrez l’y découvrir dans son intégralité.

[…]

Des processus à notre service

Avec la gouvernance partagée, on construit et on adopte ensemble un cadre qui permet de ne pas s’en remettre uniquement au bon vouloir et à la bonne gestion émotionnelle de chacun. C’est une sorte de convention collective à laquelle on se réfère, qui contient des processus qu’on utilise en fonction des situations, par exemple, pour répartir la parole, prendre une décision, clarifier l’implication de chacun, etc.

—–
Parfois je rêve que cette formalisation de la gouvernance partagée, avec ses codes et ses règles, ne soit qu’une sorte d’étape intermédiaire entre l’humain d’hier et celui de demain, qui pourrait alors se fier, pour toutes ses interactions avec son environnement, à sa boussole intérieure dont il aurait poli le verre au fil du temps…
—–

Je ne vais évoquer ici qu’un seul de ces processus : la décision par consentement, issue de la Sociocratie. Il s’agit d’une méthode pour parvenir à une décision collective en partant d’une proposition initiale portée habituellement par une seule personne (cela facilite le déroulé). Elle est enrichie par les apports des membres présents, puis validée sans ambiguïté.

Avec curiosité et confiance

La curiosité et la confiance sont essentielles pour coopérer dans de bonnes conditions. Plus que deux valeurs, ce sont avant tout des attitudes intérieures. Le processus de décision par consentement les favorise, parfois par la force des choses lorsqu’on se fait « gentiment recadrer » par la personne qui facilite la réunion.

Lors de la seconde étape du processus de prise de décision par consentement (les questions de clarifications), l’attitude curieuse permet de laisser temporairement de côté ses réactions spontanées, parfois émotionnelles, et invite à poser des questions pour mieux comprendre la proposition et s’assurer d’avoir bien compris avant toute réaction. On s’enrichit les uns les autres par les questions qui sont posées et par les réponses qui y sont apportées. Parfois, on peut identifier des manquements ou des zones de flou, qui pourront être partagées juste après, lors du tour de réaction et de bonification.

Après les questions de clarification vient donc le tour de réactions et de bonifications. Ces deux termes sont importants. Il s’agit maintenant de réagir de manière constructive, donc de livrer son sentiment général et ses remarques spécifiques, enrichies par les questions qui ont précédé, afin de bonifier la proposition : « super proposition », « je me sens perdu avec cette proposition », « merci pour ce travail », « je mettrais plutôt  « facile d’accès » à la place de  « pratique » pour tenir compte de la question de tout à l’heure », etc.

Lors de ce tour de réaction/bonification, il est essentiel d’avoir confiance.
• Confiance en les autres et en leurs intentions : ce qu’ils expriment parle d’eux, de leurs besoins, de leurs limites, et ce n’est pas contre moi.
• Confiance dans le processus : si je ne dis pas tout ce que j’ai à dire, quelqu’un d’autre le fera probablement ; on pourra revenir sur la proposition si elle s’avère insuffisante ou inadéquate avec le temps.
• Confiance en soi et estime de soi : si quelqu’un d’autre dit ce que je voulais dire ce n’est pas un problème. Si quelqu’un donne un avis qui semble opposé au mien non plus.
Cette confiance grandit au fil du temps, à force de s’approprier le processus et d’en découvrir les fruits.

Après le tour de réactions/bonifications, vient le moment pour la personne qui porte la proposition de choisir de maintenir sa proposition, la modifier, la reporter ou la supprimer. Là aussi, la confiance est nécessaire, puisque la seule personne porteuse de la proposition initiale peut décider de tenir compte ou non de ce qui a été partagé précédemment. S’ensuivra un tour d’objections, puis la levée des objections le cas échéant.

Confiance et curiosité, au sein d’un processus, sont de bons ingrédients pour prendre une décision collective sans ambiguïté.

[…] cet article se poursuit dans la revue passerelle éco N°79

Pour aller plus loin

  • Contacter Maxime pour un accompagnement individuel en Focusing, ou simplement pour échanger sur le sujet

Formations en lien

Cet article vous a plu ?

Newsletter

Vous apprécierez alors sûrement les prochains! Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle:

Webinaire

Allez plus loin et participez au prochain webinaire d’introduction offert par l’Instant Z, en direct:

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Share This